jens-kreuter

Pourquoi le minimalisme me fait du bien

Cogiter - 09 nov 2016 - 32 commentaires

Vous le savez peut-être, cela fait des années que je suis attirée par le minimalisme. Par minimalisme, je parle du mode de vie et non de la pratique artistique du même nom. En quelques mots, il s’agit de se débarrasser de ses possessions superflus et de se concentrer sur l’essentiel. Autrement dit : vivre avec peu mais vivre mieux.

Ces dernières semaines, j’ai un regain d’intérêt pour le sujet. C’est sûrement dû aux changements drastiques qui m’attendent : je vais passer la plupart de mon temps à Season Square une fois le restaurant lancé et nous aimerions déménager dans quelques mois (justement pour nous rapprocher de notre lieu de travail). Donc je commence dès maintenant à faire le tri dans nos affaires et à économiser par la même occasion.

Ces changements durables dans mon quotidien (que je détaillerai dans un futur article si ça vous intéresse) m’ont beaucoup apporté. Les voici.

Ma vie est simple

Depuis que j’ai désencombré mon intérieur, les choses semblent plus faciles : je retrouve facilement mes affaires, j’arrive moins en retard, je range mes affaires avec plaisir… Esthétiquement aussi je gagne au change. Je suis ravie de l’apparence de mes meubles depuis que je les ai débarrassé des bibelots inutiles et des piles de livres ! C’est un repos pour les yeux de voir des surfaces vides, des décorations choisies avec soin et des étagères désencombrées. J’ai même enlever les étiquettes sur les produits que j’utilise souvent (lessive, liquide vaisselle…).

Je dépense moins (et mieux)

Ce n’est pas l’aspect auquel on pense tout de suite quand on aborde le minimalisme, mais c’est non négligeable.
Je revend ce dont je ne veux plus. Par exemple, j’ai pu revendre la plupart de mes livres à Gibert Joseph. Avec l’argent sur ma carte, j’ai pu acheter des BD que je voulais depuis un moment et j’aurais de quoi faire des cadeaux pour Noël. Tout bénef !
Je dépense moins en général. Je réalise que je suis entourée d’objets utiles et beaux, et que je n’ai pas besoin de plus. Je suis donc moins tentée de faire un achat impulsif. Et lorsque j’ai besoin de quelque chose, je me document pour être sûre de faire le bon choix.
D’autre part, qui dit moins de possessions dit moins besoin de s’en occuper. Plus besoin de stockage supplémentaire, d’un sac plus gros ou d’une nouvelle étagère. Enfin, on gagne du temps et comme dit le proverbe « le temps c’est de l’argent »…

Je suis moins anxieuse

Lorsqu’on désencombre chez soi, on désencombre aussi dans sa tête. Déjà parce qu’on a moins de choses à penser (« où sont mes clés ? », « je dois ranger toute la maison avant que mes parents débarquent », « je regrette d’avoir acheté cette robe trop petite », etc) mais aussi parce qu’on gagne en contrôle sans trop d’efforts. La vie peut être dure et imprévisible, alors ça fait du bien d’avoir au moins certains aspects bien maîtrisés ! C’est très satisfaisant de savoir exactement ce qu’on a chez soi. En plus ça ne concerne peut-être que moi mais je trouve que c’est beaucoup moins stressant de recevoir des invité-e-s lorsque tout est rangé et désencombré, je me sens moins « envahie ».

Enfin, faire du tri ou du ménage a tendance à relaxer ! Personnellement, même si j’ai parfois un peu de mal à m’y mettre, j’en sors toujours plus heureuse et en paix avec moi-même. J’apprécie de prendre soin de mes affaires. Je ressens une immense gratitude d’avoir un toit sur la tête et des possessions qui me mettent en joie !

Je connais mieux mes goûts

J’ai réalisé il y a peu que j’avais tendance à acheter des choses que j’aimais aimer plutôt que celles qui me plairaient. Certes, cela me flatte d’acheter un gros livre sur les études de genre ou la désobéissance civile, mais quand j’ai envie de lire je me tourne plutôt vers un essai sur le développement personnel ou un court roman. Il faut l’accepter et vivre en accord avec qui on est ! Il faut également apprendre à dire non, en tout cas à faire passer la raison avant l’impulsion. Ce n’est pas toujours facile mais on en sort plus fort-e, fièr-e de bien se connaître.

De manière générale, réduire sa garde-robe, trier ses livres ou résister à un achat impulsif permet de se poser des questions sur ses goûts, sur nos habitudes réelles (et pas fantasmées) et sur notre vision à long terme. En ce qui me concerne, je ne fais quasiment plus de shopping, et quand ça arrive c’est parce que j’ai identifié auparavant ce qui manquait dans mon dressing. Pour m’aider, j’ai dressé la liste des points communs entre mes différents objets préférés. Par exemple, dans le cas des vêtements, ils doivent être doux et confortable car je suis hypersensible, sans matières animales car je suis vegan, gris ou noir ou dans des couleurs pastels (tons roses/violets/bleus). Et je connais ma taille dans mes magasins préférés. Comme ça, pas d’erreurs ou de déception. Cela simplifie la vie !

 

Évidemment rien n’est gravé dans le marbre, le minimalisme étant un cheminement. Mais je sens que je suis sur la bonne voie. J’espère que ce court article vous a plu et vous donne envie de vous pencher sur ce mode de vie. Que pensez-vous du minimalisme ? Si vous l’appliquez, qu’est-ce que ça vous a apporté ?

Photo Unsplash : Jens Kreuter

32 réponses à “Pourquoi le minimalisme me fait du bien”

  1. Linette dit :

    Il y a très longtemps nous avions besoin d’une maison pour loger notre famille près du travail de mon époux, nos finances nous ont permis d’avoir juste la surface nécessaire et là je me suis dit lors de nouveaux achats : en avons nous besoin, ok où vais-je le ranger ? Donc nous étions dans une démarche minimaliste avant l’heure, dictée juste par le bon sens, bien qu’ayant grandit durant les « 30 glorieuses » je n’en ai pas pris les travers, maintenant pour moi vient se greffer la conscience écologique pour mes enfants et petits enfants. Gardons espoir et continuons ce chemin.

  2. Roberta dit :

    Merci pour cet article, il est très doux! J’aime bien la phrase sur les goûts fantasmés/les goûts réels! Cela peut être si dur de se débarrasser de ce « moi idéal »…

  3. Zeph dit :

    Coucou Bleu !
    J’ai découvert ton blog il y a un mois de cela, et j’en ai lu une bonne partie (presque tout en fait). C’est marrant parce que je l’ai découvert par hasard à une période où j’étais justement en réflexion par rapport à la majeure partie des sujets que tu abordes (minimalisme, arrêt du sucre, veganisme, etc.).
    C’est des fois un peu frustrant de lire ton blog parce que j’aimerais essayer d’entamer la même démarche de minimalisme mais… Je suis en roadtrip… Alors j’essaie d’appliquer ça à l’échelle de notre 4×4, qui nous sert de maison, mais je rêve littéralement de rentrer chez moi pour entamer un gros tri dans mes affaires ! M’enfin, je sais que je rentre dans 6 mois, du coup j’ai tout le temps de réfléchir au mode de vie que j’avais avant mon départ et d’analyser ce qui était superflu, faire une sorte de tri mental avant de l’appliquer en vrai.
    En attendant de pouvoir mettre en pratique tout cela, je vais continuer à suivre ton blog avec assiduité :)
    Merci pour tous ces beaux articles !
    Zeph

    • Bleu dit :

      Salut Zeph, tu as de la chance de vivre cette aventure ! Est-ce que c’est le fait de vivre dans ton 4×4 qui a été ton déclic minimaliste ? Ça me fait penser aux tiny houses (autre sujet qui me fascine). Merci pour ton commentaire en tout cas et à bientôt !

  4. Florie dit :

    Très intéressant comme article bilan! Je pratique le minimalisme avec modération depuis plus de cinq ans maintenant et je remarque le même genre de bénéfice que toi.
    Le principal à mon sens étant de mieux me connaître, m’accepter et m’épanouir telle quelle (tout en m’améliorant bien sûr). Ça rejoint un peu ce que tu dis, sur le fait d’acheter des choses qui nous plaisent vraiment plutôt que ce qu’on « aimerait aimer ». Je me suis rendue compte en pratiquant le minimalisme que j’avais tendance à acheter (mais aussi pratiquer des activités etc.) ce qui était attendu de moi dans mon cercle social ou bien ce qui collerait à une vie rêvée ou « convenable », plutôt que de m’écouter et me faire plaisir.
    Le minimalisme est une manière de se reconnecter avec soi en fait, et ça change la vie ^^

    • Bleu dit :

      Merci Florie. Je suis entièrement d’accord avec toi, mieux se connaître ça change tout, c’est presque un soulagement ! Je me sens mieux et j’ai moins envie d’acheter pour combler un vide.

  5. Marie-Astrid dit :

    Salut Bleu :)
    J’ai inscrit le minimalisme dans ma vie après avoir commencé à suivre le mouvement zéro déchet… Et je dois dire que cela me fait un bien fou de repenser notre mode de consommation. J’en arrive à une consommation beaucoup plus raisonnée, qui respecte la planète et améliore au quotidien mon cadre de vie. N’hésite pas à écrire plus sur le sujet, je dévore tes articles :) A bientôt!

  6. Violaine dit :

    bonjour, je suis aussi dans cette démarche méthodique et salvatrice. Quel ssoulagement et bonheur de desemcombrer ses placards et son champ de vision. J’ai toujours été une fille très bordélique, et ça ne me dérangeait pas. Ce bazar autour de moi était une compagnie, une vie que je construisais. Mais peu à peu ces dernières années mon mari m’a ouvert les yeux sur cet art du rangement. Et j’en suis enchantée ! je me sens de moins en moins stressée, sauf quand je me laisse déborder par mes débordements… Je me retrouve beaucoup dans ton article très bien écrit.

    • Bleu dit :

      Je comprends tout à fait ce que tu veux dire par « une compagnie, une vie que je construisais ». Le bazar peut être une sorte de protection vis à vis du monde extérieur. Mais on finit souvent étouffé-e par ses possessions. Merci pour ton commentaire Violaine :)

  7. Audrey - LadyK dit :

    J’ai toujours été tellement admirative et fascinée par les intérieurs minimalistes, sans futilités.

    Enfant, ma mère m’a souvent dit que si c’était le bazar dans ma chambre, c’est parce que ca l’était dans ma tête.
    Vingt ans plus tard : c’est toujours le même constat. Je vis dans mon bazar et mon superflu niveau déco et bibelots.
    Mon déménagement dans quelques mois me permettra de repartir de zéro, ô espoir !

    • Bleu dit :

      Moi aussi ça m’a toujours fascinée mais je pensais que c’était impossible. Aujourd’hui je comprends que c’est réalisable (même pour moi) et ça me réjouit ! Il n’y a rien de mieux qu’un déménagement pour partir sur de nouvelles bases matérielles, bon emménagement !

  8. Taia dit :

    Bonjour et bravo pour ton blog que je trouve de plus en plus intéressant! J’avais notamment adoré l’article sur l’hypersensibilité, mais je suis aussi totalement adepte de tout ce qui concerne le minimalisme et l’arrêt du sucre. Sur le minimalisme, cela fait plusieurs années maintenant que je le vis et j’en suis tellement heureuse que je pense ne jamais revenir en arrière! Les seules limites que je rencontre sont les suivantes:
    1/ j’ai vraiment très peu d’affaires, donc mes vetements sont quand même à changer régulièrement (car je les achète exclusivement en friperie chez emmaus). Comme je ne suis pas fan des magasins, tres exigeante sur mes choix et qu’en friperie on ne trouve pas toutes les tailles ou couleurs, je galere un peu parfois!
    2/ mon mari trouve parfois que j »abuse ». Il rit de moi en disant que si je pouvais j’habiterais dans une yourte où on entendrait de L’Echo!! Comme il n’est pas minimaliste, je m’arrache parfois les cheveux à le voir accumuler des livres/des fringues ou toute sorte de paperasse. Je m’efforce de respecter son monde mais son « bordel » me crée du stress…
    3/ je viens d’apprendre que je suis enceinte (ce dont je suis très heureuse) et que c’est… Des jumeaux!!!! Franchement la minimaliste que je suis flippe carrément! Deja qu’avoir un enfant c’est accumuler pas mal, mais alors tout en double…!
    Voila j’ai un peu raconter ma vie, mais si toi ou les lecteurs avez des conseils ou astuces, je suis preneuse!

  9. Kellya dit :

    Je suis aussi trés inspirée par le minimalisme, meme si je n’ai pas vraiemnt un appartement minimaliste encore! Mais j’essaie de vider, et en particulier je me pousse à finir les projets entamés afin d’utiliser ce que j’ai plutot que de stocker toujours plus. Et c’est dur!

  10. Anne-So dit :

    Je suis également « tombée » dans le minimalisme il y a quelques mois et quel bonheur ! J’adore avoir moins de possessions, me sentir moins encombrée, plus libre. Je sais exactement ce que j’ai et je ne retrouve plus un pull roulé en boule au fond du placard où un livre tombé derrière la bibliothèque et que j’avais oublié 😉
    Le seul problème : quand on commence le minimalisme, on ne peut plus s’arrêter hihi

  11. Bulle_Virtuelle dit :

    Super article, j’aime beaucoup tes articles sur le sujet. De mon côté moins de stress, d’angoisse. J’avais peur de perdre toutes mes possessions dans un incendie par exemple ou de me faire voler mes affaires. Ces angoisses ont beaucoup diminué car mon rapport aux objets changent et je m’aperçois que pas grand chose me manquerait…le plus important pour moi sont mes souvenirs et mes proches.

  12. Alice dit :

    Je découvre ton blog suite au commentaire d’Eva sur mon compte Instagram et je dois dire que tes articles me parlent, je suis moi-même totalement dans la même démarche :-) j’aime beaucoup te lire, tes articles font écho en moi. Belle continuation !
    Alice

  13. B. dit :

    J’ai une tendance naturelle à la « jettite », comme le dise mes amis. Je déteste accumuler. De plus, je suis une grande déménageuse (+ ou – tout les 2 ans, je déménage, pour X raisons)ce qui oblige à faire le tri régulièrement.
    Comme je ne possède plus d’ élecroménager et *temporairement* plus de meubles non plus (j’habite un meublé en ce moment) je peux quasisment déménager avec une kangoo ^^;
    Ceci étant dit, faire régulièrement le tri et épurer mes possessions n’empêche pas que j’achète aussi pas mal, et c’est le point que j’aimerais améliorer. Pour économiser, certes, mais aussi pour pouvoir acheter dans du plus éthique et du plus qualitatif.
    En tt cas, félicitations pour l’aventure Season Square ! Il faut un sacré courage et beaucoup de détermination pour un tel projet, je vous souhaite tout plein de joie et de bonheur !

  14. Salut! je viens de découvrir ton blog et j’aime beaucoup :-)
    Cet article est très éclairant. Je crois que j’ai besoin moi aussi de mettre un peu d’ordre dans ma maison (donc dans ma tête?) pour y voir plus clair et respirer un peu…
    Bon week-end à toi!

Laisser un commentaire