img_4177

5 astuces pour désencombrer (en douceur)

Cogiter - 14 nov 2016 - 17 commentaires

Il y a quelques jours je vous parlais des bienfaits que le minimalisme a provoqué en moi. Je mesure à vos nombreuses réactions (merci 💕) que nous sommes nombreux/ses à faire ce travail de tri physique et mental ! Comme pour beaucoup de choses, c’est le premier pas qui est le plus dur. C’est pourquoi j’avais envie de partager avec vous quelques petites idées simples pour passer à l’action. J’ai essayé de faire en sorte que ces conseils soient adaptés à tout le monde, « newbies » comme minimalistes confirmé-e-s !

Déterminer une place pour chaque chose

Ça paraît peut-être évident mais c’est la clé d’un intérieur ordonné. Si un objet n’a pas de place attribué, il va finir échoué sur la table du salon ou sur le canapé. Soyez sûr-e que chaque objet a sa « maison », quitte à investir dans des rangements spécifiques qui vous donneront envie de ranger après chaque usage. Si cela vous aide, compartimentez votre sac, votre dressing, votre frigo… Cela vous permettra également de gagner du temps quand vous aurez besoin d’un objet. Plus besoin de retourner la maison en criant « où sont les cléééééés ? » (moi je les accroche sur un clou près de ma porte d’entrée).

Éliminer les doublons

Combien d’entre nous ont 3 parapluies, 2 passoires de la même taille ou 4 taille-crayons ? Cela ne sert à rien surtout qu’on a souvent notre préférence, même quand il s’agit de passoires. Alors autant faire de la place et s’en séparer. C’est un bon exercice pour commencer à trier chez soi. Ensuite si cela vous a plu vous pourrez passer aux objets qui ne vous inspirent aucune joie, c’est Marie Kondo qui le dit.

Mettre en place le « 1 entrant 1 sortant »

Lorsque vous ramenez quelque chose de l’extérieur, séparez-vous de quelque chose qui est déjà chez vous. Ne vous en faites pas, c’est moins extrême que ça en a l’air ! Cela permet surtout d’éviter l’accumulation de choses et de vous demander : « est-ce que j’en ai vraiment besoin ? ». Cela évite aussi d’acheter des choses « au cas où » que l’on n’utilisera finalement jamais (toi-même tu sais). Évidemment dans l’idéal il faut échanger le nouvel objet avec un objet de la même catégorie, pas un ordinateur contre des chaussettes.

img_4190

Créer une garde-robe capsule

Si vous n’êtes pas prêt-e psychologiquement à vous séparer de vos vêtements, vous pouvez créer une capsule. Cela consiste en un nombre prédéfini d’objets (bijoux, chaussures et autres accessoires vestimentaires compris) que vous utiliserez pendant un temps défini. Par exemple, vous pouvez-vous lancez le défi Project 333 : s’habiller avec seulement 33 objets pendant 3 mois. Mettez les objets non sélectionnés loin de votre vue, dans des cartons ou des valises pour apprécier pleinement l’effet d’un désencombrement, même éphémère. Et qui sait, cela vous donnera peut-être la motivation de réduire votre garde-robe plus durablement ?

En faire profiter les autres

Quitte à se séparer de ses affaires, autant que ça fasse plaisir à quelqu’un ! En plus c’est très gratifiant d’offrir une seconde vie à des objets. Vous pouvez faire plaisir à des inconnu-e-s en donnant votre vaisselle à Emmaüs, vos vêtement au Relais ou encore vos livres dans une bibliothèque de rue.

Vos proches aussi peuvent profiter de votre générosité ! Préparez une « gift box » : un carton dans lequel vous placerez les petits objets dont vous vous séparez (maquillage, tasses, bougies, etc.), vos invité-e-s seront ravi-e-s de piocher dedans. Vous pouvez aussi organiser un vide-dressing. Pour cela, invitez quelques ami-e-s chez vous et faites une pile avec tous les vêtements que vous ne portez plus. Vous pouvez vous servir dans les affaires des autres, et tout ce qui n’est pas pris est déposé au Relais Vêtement !

img_4197

J’espère que ces quelques conseils pratiques vous plairont. Encore une fois, le minimalisme est un cheminement aussi bien physique que psychologique, alors allez-y par étapes ! Ne culpabilisez pas si vous n’y arrivez pas aussi bien que vous voulez, chacun-e a un mode de vie différent et le minimalisme n’est pas forcément fait pour tout le monde. On vit très bien sans intérieur épuré alors ne suivez ces conseils que si vous y trouvez un intérêt personnel !

Et vous, quelles sont vos petites astuces pour désencombrer votre vie ?

17 réponses à “5 astuces pour désencombrer (en douceur)”

  1. Bulle_Virtuelle dit :

    Que de bons conseils ! De mon côté, j’aime beaucoup me fixer des challenges, par exemple en Novembre, chaque jour je me débarrasse d’un objet. Je ne jette jamais un objet en bon état, pour ce que je n’arrive pas à vendre, je mets le tout dans un carton que je laisse à disposition dans la rue, tout disparait très vite ! Et pour les livres, magasines que je ne relirais pas direction la bibliothèque de mon village.

  2. Taia dit :

    Je vois sur ton image le livre La force des discrets. Cela m’intéresse: il est bien? Merci d’avance pour ta réponse!

  3. Un de mes trucs est de me demander si j’ai envie d’épousseter ce que je possède (si je n’ai pas envie de le mettre en valeur, je n’en ai pas besoin) et de me demander si je vais vouloir épousseter un nouvel objet avant de me le procurer.

  4. Florie dit :

    Merci pour ces conseils, c’est une belle sélection pour commencer en effet! D’autres choses qui ont marché pour moi au fil des années:
    au moment de dépenser l’argent pour un nouvel objet, me demander s’il n’y a pas autre chose de plus important pour moi à faire avec cet argent (je me remets en mémoire mes projets de voyage – par exemple cette bougie paierait 10% d’un billet d’avion!)
    Toujours au moment d’acheter un objet, me demander où je le vois dans 5 ans, cet objet. Je m’imagine déménager: est-ce ça va m’ennuyer d’empaqueter cet objet, le mettre dans un carton, etc.?
    Je suis d’accord avec le fait de donner une place à chaque objet (et les ranger de préférence par type, histoire de ne pas oublier ce qu’on a déjà avant d’aller en acheter un autre ^^)

    Merci bien pour ce bel article en tout cas :)

  5. Jessica dit :

    Ah, j’ai bien du mal à me tenir à l’adage « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » ! Pour exemple, ma bibliothèque est encombrée de livres (ça, encore, ça se justifie) mais surtout de plein d’objets qui n’ont rien à voir.
    Cet été, j’ai déménagé et avec mon amoureux, nous avons fait un grand tri et tout donné à Emmaüs.
    Il y a encore beaucoup d’objets dont je devrais me débarrasser mais j’ai vraiment du mal à le faire. Ce qui m’en empêche, c’est surtout la sensation de gâchis que ça me provoque : quand je me débarrasse d’un objet, je me dis que finalement, j’ai dépensé de l’argent pour rien et ça me stresse. Par exemple, j’ai acheté il y a un an un ukulélé. Finalement, sa qualité est médiocre et je ne m’en sers pas du tout. Je m’en veux beaucoup d’avoir acheté ça.
    Il faudrait que je travaille sur ça. Merci pour ce joli article !

    • Bleu dit :

      Je comprends tout à fait ce que tu veux dire. Dis-toi que des objets que tu n’utilises pas c’est de l’espace en moins, et donc quelque part une perte d’argent (vu le prix du mètre carré…). Tu peux aussi penser à leur deuxième vie si tu les donnes/vends à des gens qui s’en serviront ! Bon courage 😉

  6. Avec2ailes dit :

    Je rajouterais les « astuces » suivantes :

    – Se mettre en contact (virtuel, réel) avec des associations qui aident des personnes en difficulté et voir ce dont elles ont besoin.
    J’ai pu donner les vêtements de bébé de mon fils (auxquels j’étais attachée) en visualisant un autre bébé les porter, la joie / le bien être que cela procurerait.

    – Quand je veux acheter une chose, tenter de différer mon achat, vérifier s’il n’existe pas cet objet en prêt ou location ou au moins d’occasion.

    – Avant d’acquérir quelque chose, se demander quel besoin il comble.
    Si c’est redorer mon égo ou faire passer un jour triste, je laisse tomber et je m’oriente vers un plaisir immatériel !

    – Convertir les prix des objets en heure de travail.

    – Faire régulièrement du tri dès qu’il y a du bazar, car ça veut dire soit qu’il y a trop d’objets, soit qu’on ne respecte pas la bonne règle « un objet = une place »

    :-)

  7. Anne dit :

    Ton article est plein de bonnes idées, et les commentaires aussi.

    Mon astuce, c’est d’avoir un sac « Emmaüs » dans l’entrée. De temps en temps, je tombe sur quelque chose qui m’encombre (flute, livre que je ne relirai pas) et je le mets là dedans.

    • Bleu dit :

      Merci ! Très bonne idée, moi j’ai ma « gift box » qui a un peu le même but. Je suis en train de faire pareil avec les livres en ce moment !

  8. Pitiponks dit :

    J’aimerais pouvoir être capable de faire tout ça. En fait je pourrais peut-être trouver la motivation…si mon chéri n’était pas aussi « conservateur » de trucs « au cas où ». Pour l’exemple, chaque fois que je reçois un livre dans une grande enveloppe à bulle il faut absolument garder l’enveloppe, même si, depuis le temps, on en a accumulé des dizaines -_-‘ Pareil pour les vêtements du chéri. Il a gardé TOUS les habits qu’il a jamais eu en sa possession, même les trucs les plus moches du monde, qu’il ne reportera JAMAIS. C’est dur de faire du tri quand on est freiné à ce point par sa moitié ^^’

  9. Gadda dit :

    J’ai déménagé il y a peu et ça nous a permis de faire un très gros tri dans les affaires. Mon copain est un peu comme celui de @Pitiponks, il ne veut rien jeter « au cas où », du coup on a toujours les cartons de nos écrans, de l’imprimante…
    On est dans un appartement tout neuf, très aéré, et je n’ai pas envie de l’encombrer de trucs et machins, du coup j’essaye de faire à mon rythme. J’en profite aussi pour essayer de limiter les emballages (pour moi ça va de pair, les sacs plastiques, etc., prennent de la place pour rien).
    En ce qui concerne les habits, je n’en ai pas acheté depuis des mois. Ça ne me manque pas du tout, très curieusement. Je me dis que c’est de l’argent que je garde pour faire des excursions, des restos ou des tatouages.
    Quand je sens que je veux acheter, j’essaye de me calmer pour voir si c’est compulsif ou non (souvent oui), et je me demande si ça va me servir, quand est-ce que je vais l’utiliser et si vraiment j’en ai envie :) et je laisse derrière moi sans regret !

Laisser un commentaire