IMG_2334

Minimalisme alimentaire : lectures et réflexions

Réflexions - 10 juil 2015 - 28 commentaires

Pendant mon séjour à Londres, j’ai fait un tour dans la librairie Foyles, qui regorge de livres de cuisine, et particulièrement de livres de cuisine santé. Ceux-ci allient recettes de cuisine, conseils alimentaires et mode de vie sain. Si j’en crois la quantité de livres dans les rayons, c’est très à la mode en Angleterre ! Pour les repérer, c’est très simple : la couverture est une photographie d’une femme fraîche et souriante dans sa cuisine, entourée de verdure et de petits plats à base de légumes.

Intriguée par cette tendance pas encore très présente en France, j’ai décidé de choisir deux de ces livres, ceux qui me tentaient le plus. Et je les ai dévoré ! Je partage donc avec vous un compte-rendu de mes lectures, puis dans une deuxième partie mes réflexions sur le minimalisme alimentaire…

Mes lectures

Eat. Nourish. Glow. d’Amelia Freer

IMG_2336

Amelia est une nutritionniste anglaise, assez réputée en Angleterre et qui a apparemment quelques client-es connu-es. Son livre est très axé nutrition, forcément. Elle y parle de son cheminement personnel, de sa vision de l’alimentation, et donne de nombreuses recettes en deuxième partie du livre.

Elle n’est pas végétalienne, ni même végétarienne, en revanche elle conseille de supprimer le sucre, et de limiter le lait de vache, la caféine et le gluten. J’aime bien les livres de recettes qui ne sont pas entièrement végétaliens, car on peut y piquer de nouvelles idées (une sauce, une présentation).

IMG_2340

Sa « méthode » est découpée en 10 grands principes, faciles à retenir, et agrémentés de recettes. J’ai apprécié ses explications vivantes, appuyées par des images et des exemples concrets. Moi qui ait de bonnes connaissances en nutrition, j’ai appris (et surtout retenu) de nombreuses choses intéressantes !

IMG_2338

Amelia insiste sur le fait de changer son régime alimentaire par étapes, à son rythme. Son approche est non culpabilisante, très rationnelle, mais je lui reproche de manquer un peu de fun dans l’écriture. Cependant, le livre se lit comme une histoire, et n’est pas du tout rébarbatif !

Si vous maîtrisez un peu l’anglais, et que vous vous intéressez à l’alimentation santé, je vous conseille de vous procurer ce bel ouvrage.

Deliciously Ella d’Ella Woodward

IMG_2342

Ella est une jeune femme britannique. Comme elle le raconte au début de son livre, son alimentation était très déséquilibrée, et suite à une maladie grave, elle a dû changer drastiquement ses habitudes alimentaires en suivant une alimentation vegan sans gluten. Elle a appris seule à cuisiner et à apprécier ces nouveaux aliments. Elle a partagé son expérience à travers son blog Deliciously Ella, et aujourd’hui elle est une figure inspirante de l’alimentation santé.

IMG_2347

L’ouvrage d’Ella est construit comme une histoire, elle raconte d’abord son parcours puis décrit ses aliments préférés, en expliquant tous leurs bienfaits, puis partage ses recettes aussi simples que gourmandes.

J’ai adoré son ton bienveillant, ses recettes très abordables et sa façon de baliser le terrain en présentant chacun des aliments utilisés dans ses recettes. Elle explique même à la fin du livre comment piocher dans le livre pour composer un brunch ou encore un picnic. Tout paraît simple et facile (et ça l’est) !

IMG_2346

J’ai trouvé cet ouvrage incroyablement inspirant. Moi qui ait eu pas mal de troubles du comportement alimentaire à l’adolescence, et qui en garde encore de séquelles aujourd’hui, ce bouquin m’a profondément fait du bien. Il m’a rassuré, m’a fait me dire « tu vois, c’est facile en fait de cuisiner et de manger ».

Ma réflexion sur le minimalisme alimentaire

En lisant ces deux livres, j’ai fait rapidement le parallèle avec le mode de vie minimalisme que j’affectionne. En effet, les mêmes principes s’appliquent aussi bien au dressing qu’aux placards de la cuisine : on désencombre, on apprend à se connaître, on lâche prise… Bref, la detox s’applique à notre environnement !

Ce qui m’amène à vous livrer de petits conseils pour appliquer le minimalisme jusque dans son assiette…

Simplifier

De nombreux obstacles surgissent sur notre route vers une alimentation saine : le manque de temps, le manque d’envie ou le manque de compétences culinaires. Sans parler des troubles du comportement alimentaire… Il faut donc simplifier au maximum ce moment, le rendre moins effrayant, voire le transformer en un moment de plaisir. Voici quelques astuces :

Faire un grand tri : on vide TOUS les placards de la cuisine, et on jette ce qui est périmé, ce qu’on n’a pas utilisé depuis des mois, ou ce qui est là seulement pour combler nos besoins affectifs… Ça passe aussi par le matériel culinaire, qui doit vous donner envie de cuisiner et de manger : une belle spatule en bois vaut mieux que 3 spatules en plastique, dont une fondue !
Faire une liste d’aliments que l’on aime manger et qui sont bons pour notre corps, et faire en sorte d’en avoir toujours dans nos placards ! On peut les stocker dans de jolis bocaux transparents pour le plaisir des yeux. On évite au maximum les aliments transformés, (sur)emballés et marketés. Comme dit Amelia Freer, les tomates n’ont pas besoin de slogan pour se vendre.
Ne pas acheter d’ingrédients compliqués qu’on n’utilisera qu’une seule fois, dans une obscure recette. Ça encombre la tête et la cuisine ! Et c’est toujours culpabilisant de retrouver un paquet de graines qui n’a pas été utilisé depuis 2012.
Se constituer un livre d’une vingtaine de recettes simples, à partir des aliments que l’on a toujours dans nos placards. Le mieux est un bon vieux carnet, pour avoir tout au même endroit. Les indécrottables geeks peuvent épingler tout ça sur Pinterest, mais attention à ne pas tomber dans la surabondance de recettes, que l’on ne testera jamais.
Apprendre des techniques simples pour mieux préparer et consommer sa nourriture. Par exemple, les one-pot meals sont d’excellents moyens de donner plus de goûts aux aliments tout en faisant moins de vaisselle !

Déconstruire nos habitudes émotionnelles

Tout comme les objets ont un aspect affectif chez la plupart des gens, notre façon de manger est trop souvent guidée par nos émotions. Or, s’il y a quelque chose que j’ai compris en lisant le livre d’Amelia, c’est qu’il faut se nourrir pour prendre soin de son corps, et non pas pour répondre à des émotions. La nourriture n’est pas un doudou, une punition ou une médaille. Elle est là pour faire fonctionner notre merveilleux corps et nous faire du bien !

Évidemment, c’est plus facile à dire qu’à appliquer au quotidien. Pour commencer, on peut surveiller ses pensées affectives à propos de la nourriture, comme « j’ai bien mérité ce gâteau » ou au contraire « foutu pour foutu, autant finir le paquet ». J’ai remarqué qu’il m’arrivait fréquemment de négocier avec moi-même, preuve que je culpabilise face à la nourriture.

Il ne faut pas utiliser la nourriture pour répondre à des besoins émotionnels, sinon, on sera toujours déçu-e après le repas, et ça peut impacter durablement notre confiance en nous. Mais ça ne veut pas dire qu’on n’a pas le droit de se faire plaisir en mangeant, au contraire !

Il est donc primordial de s’écouter. Comment ?

• Connaître ses préférences, et ne pas se forcer. Si vous n’aimez pas manger froid, ne vous forcez pas à manger des carottes râpées « parce que c’est bon pour la santé » ! Faites plutôt des spaguettis de courgettes.
• Savoir faire la différence entre une envie de sucre et une « vraie » faim. Peut-être que c’est le moment de réduire le grignotage, ou d’arrêter carrément le sucre pendant quelques jours ?
• Débusquer et analyser ses pratiques alimentaires. Pourquoi avons-nous systématiquement envie de grignoter à 21h devant une série ? Est-ce le stress, l’ennui ? Noter son ressenti dans un petit carnet permet de prendre du recul sur nos « mauvaises » habitudes.
• Pratiquer l’alimentation consciente et présente : s’asseoir à une table sans smartphone ni télé, sentir son assiette, prendre le temps de mâcher les aliments (comme le dit Amelia, l’intestin n’a pas de dents), et même partager de temps en temps ce moment avec d’autres humains. Non, ce n’est pas ennuyant !
Être créatif ! Piochez des idées dans des magazines, chez des ami-es ou sur Internet pour que midi ne rime plus avec ennui.

Une autre chose très instructive, c’est de remettre en question notre culture alimentaire : pourquoi devrait-on manger sucré au petit-déjeuner ou salé le soir ? On fait ce qu’on veut, du moment que ça nous convient !

Par exemple, j’ai compris récemment que la margarine que je mettais sur mon pain n’était qu’un vieux vestige du beurre que j’adorais lorsque j’étais ado… J’ai donc décidé de remplacer la margarine par de l’huile d’olive pressée à froid, et je me régale beaucoup plus tout en mangeant plus sain ! Alors, si vous avez envie de manger du hummus à l’ail à 6h du matin, du moment que c’est bon pour vous et votre corps, foncez 😉

Toujours privilégier la qualité à la quantité

Un des « préceptes » importants, selon moi, est de s’entourer de bons aliments. Les aliments basiques de votre cuisine doivent être de qualité supérieure. En plus de vous régaler, et de mettre un peu de luxe dans votre quotidien, votre alimentation sera bien plus saine : huile d’olive pressée à froid, sel rose de l’Himalaya, thé vert de grande qualité, pain complet biologique…

Sur la photo ci-dessous, il s’agit de mon petit-déjeuner du moment, composé d’une tranche de pain complet biologique, du beurre d’oléagineux, une pincée de sel rose de l’Himalaya, un peu de cacao, et une demie-banane écrasée.

IMG_2424

Certes, en prenant des aliments de qualité supérieure, le prix sera souvent supérieur. Mais si vous limitez par ailleurs votre consommation de produits dispensables pour votre corps (canette de soda, paquets de chips, bonbons), vous retomberez sur vos pieds ! De plus, les aliments complets et en vrac sont souvent moins chers que les produits suremballés et plein d’additifs. Enfin, de bonnes matières premières sont rentables, car elles se prêtent à une utilisation soigneuse et mesurée. Le goût est souvent plus puissant, et l’effet de satiété est plus vite atteint grâce aux fibres.

Bien sûr, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez plus manger d’aliments de supermarché, il n’y a pas d’obligation, c’est à vous de trouver votre équilibre.

Des ressources pour aller plus loin

Ce ne sont pas les livres sur le thème de l’alimentation simple et saine qui manquent à Londres ! Voici une rapide sélection de livres anglophones, que j’ai réussi à ne pas acheter, grâce à de nombreux efforts :

Green Kitchen Travels, de David Frenkiel & Luise Vindahl (végétarien)
The Naked Diet, de Tess Ward
A girl and her greens: hearty meals from the garden, d’April Bloomfield (quasiment végétarien)
The nourished kitchen, de Jennifer McGruther
The salad bowl, de Nicola Graimes
Raw, d’Omid Jaffari (raw vegan)

IMG_2373

Vous pouvez aussi trouver quelques ressources en ligne :

• Le blog de Deliciously Ella, évidemment !
• Le blog de Minimalist Baker, simple comme une évidence
• Le blog de Green Kitchen Stories, un couple qui a écrit le livre Green Kitchen Travels, cité plus haut
• L’article « L’art de se ressourcer à l’heure des repas » du blog français Echos Verts
• L’article « The simplest diet for lean fitness » (en anglais, traduit en français ici) du blog Zen Habits
• L’article « Les 5 aliments indispensables dans ma cuisine » (et de façon générale tous les articles sur l’alimentation) du blog français Mange tes Légumes

J’espère que cet article vous aura plu, j’espère avoir vos avis et vos astuces dans les commentaires. J’essaie de revenir bientôt avec un article sur le même thème, où je vous présenterais quelques recettes ultra simples pour mettre tout ça en pratique !

Une dernière chose, en guise de conclusion : appliquer le mode de vie minimalisme à l’alimentation ne vous fera pas maigrir, ne résoudra pas vos troubles alimentaires, et ne guérira pas miraculeusement une maladie. En revanche, cela contribue à instaurer de bonnes habitudes pour ce changement sain et durable. Gardez à l’esprit que le voyage est plus important que la destination !

28 réponses à “Minimalisme alimentaire : lectures et réflexions”

  1. Jeanne dit :

    Bonjour Marina !
    J’ai adoré ton article, qui donne envie de mieux se nourrir, de repartir sur de meilleures bases ! Et au passage, me donne des idées pour mon anniversaire qui arrive :)
    Je te souhaite une bonne journée !

  2. mounemouette dit :

    Oula, une nouvelle vague de bouquins de cuisine qui va bientôt déferler en France alors… Curieuse de découvrir.
    En tous cas j’ai fait le tour de mon rayon cuisine et ici rien de ce côté la en dehors des nouveaux, détox, sans gluten, sans sucre, paléo et régime crétois, ou 5:2. Mais tout thème séparé sans véritablement de suivi pour la plus part comme ceux que tu présentes.

  3. Cha dit :

    Hello !

    Je viens tout juste de recevoir une commande de 4 livres de ce type, avec notamment le livre d’Ella Woodward !
    J’ai terminer « The Fat Chance Cookbook » de Robert Lustig, pédiatre qui a pointé du doigt il y a déjà pas mal d’année les ravages du sucre pour notre organisme.
    Je ne sais pas si tu en as déjà entendu parlé, mais je me suis dit que ça t’intéresserai après ta cure sans sucre. Les recettes sont très sommaires et s’adressent surtout à des familles qui veulent réapprendre à manger mais la partie « scientifique » et nutritionnelle est très intéressante. Il résume son premier bouquin « Fat Chance: The bitter truth about sugar ». Tu trouveras aussi facilement sur internet sa conférence pour l’Université de Californie.

    Après ma propre cure qui se termine tout juste et qui m’a fait un bien fou, je suis en train de modifier complètement mes habitudes alimentaires.

    Merci pour ton articles et les petits conseils, ça me donne des pistes.

    Bonne journée !

    • Bleu dit :

      Salut, quels livres as-tu acheté alors, en dehors de celui d’Ella ? J’ai vu « The Fat Chance Cookbook » dans les rayons, mais je préfère lire en français pour ce qui est nutrition pure. Bravo pour ta cure, et bonne continuation !

      • Cha dit :

        « Honestly Healthy: Eat With Your Body in Mind, the Alkaline Way » et « Ma Détox Made in Hollywwod » (moins sérieux je le reconnais que les autres livres).
        Je n’ai pas encore pris le temps de tester des recettes mais j’ai bien hâte !

  4. Marion dit :

    Super article ! C’est intéressant de se pencher sur cette tendance dans les bouquins anglo-saxons qui n’est pas encore tout à fait arrivée en France. J’aime beaucoup les livres de cuisine qui ne sont pas que des recueils de recettes et qui partagent toute une manière de vivre. Et c’est vrai que ça fait réfléchir.
    J’ai acheté récemmment Green Kitchen Travels. Il est super inspirant aussi pour sortir des sentiers battus.
    Ton article me rappelle le bouquin de Dominique Loreau, L’art de l’essentiel. Les livres de développement personnel, on aime ou on aime pas, mais celui-là aborde aussi pas mal le vidage des placards et le retour à des ingrédients et ustensiles plus simples. Il m’avait donné un petit déclic à l’époque de ma lecture, et j’avais profité d’un déménagement pour tout vider et repartir sur des bases saines. Ça fait du bien au corps, et à l’esprit aussi. :)

    • Bleu dit :

      Merci :) oui j’aime beaucoup tous ces livres, et Green Kitchen Travels est un de mes préférés (j’ai beaucoup hésité avant de le repose pour cause de bagages trop lourds). J’ai lu le bouquin de Dominique Loreau, et effectivement il est inspirant, même si je le trouve un peu superficiel. Il faut prendre ce qui est bon à prendre dedans ! :)

  5. Merci beaucoup pour le lien vers mon article et pour ce compte-rendu très détaillé et plein de bon sens- je rejoins ton avis en tous points ! C’est un thème qui me passionne et que je prévoie d’ailleurs de développer sur mon blog 😉 Depuis que je suis passée à une alimentation (principalement) végétalienne, je me suis intéressée de plus près à mon rapport à la nourriture, j’ai remis en question toutes mes habitudes, mon ressenti vis à vis de certains aliments, accepté le fait que si je n’aimais pas manger certains d’entre eux ce n’était pas parce que j’étais une fille compliquée mais plutôt parce que je savais être à l’écoute de mon corps… Les principes de l’Ayurveda m’inspirent et me parlent beaucoup personnellement. J’ai hâte de lire tes autres articles sur le thème du minimalisme alimentaire.

    • Bleu dit :

      Merci beaucoup à toi ! En effet c’est un thème passionnant et encore peu exploré je trouve… J’ai hâte également de lire tes prochains articles 😉

  6. Olivia dit :

    Wahoo super article, j’avais repéré sur ton Instagram ce midi que tu avais parlé de minimalisme alimentaire sur ton blog. Et me voici à te lire. Encore mieux que ce que j’avais pu imaginer :) Je ressens aussi beaucoup le besoin de faire le vide d’une manière générale, et dans la cuisine ça fait un bien fou de s’y mettre… Posséder moins, pour mieux vivre, c’est un vrai concept !
    J’aime beaucoup ce que tu écris à propos de la connotation affective que peut revêtir la nourriture.
    Je viens de partager ton article sur notre page Facebook.
    Passe une bonne journée ! A bientôt :)

  7. AssMat31 dit :

    Merci pour cet article très intéressant, qui me fait découvrir ton blog par la même occasion !
    Je vais m’intéresser au minimalisme alimentaire de près prochainement… je n’avais pas encore remis en question mes pratiques alimentaires (à part le fait que je suis végane…), du coup je pense que ma façon de manger va encore être révolutionnée ! De belles prises de conscience en perspective :-)

  8. Bulle_Virtuelle dit :

    Mon niveau en anglais est trop mauvais mais merci à toi de nous faire découvrir ces livres à travers un article.Hâte que ça débarque en France.

  9. Flocon dit :

    Merci beaucoup pour cet article très instructif et qui rejoint parfaitement ma façon de m’alimenter !
    Je vais aller jeter un œil aux sites que tu as mis en lien, je n’y suis encore jamais allée 😉

    A bientôt !

  10. […] Sur la route du bien-manger, quelques pistes que Marina partage avec nous. […]

  11. […] axés cuisine et santé, Marina du Blog Bleu nous livre ses conseils et son ressenti par rapport au minimalisme alimentaire. Depuis l’éco-défi d’avril, Vers une cuisine éco-éthique et minimaliste, c’est un domaine […]

  12. Adi dit :

    Sur les bons conseils de cet article, je me suis procurée Eat. Nourish. Glow. Je ne l’ai pas encore terminé, mais je ne regrette pas du tout mon achat !

  13. Kolibri dit :

    Comme cet article donne envie de se plonger dans la lecture de ces livres, surtout le deuxième, qui m’intrigue, mais pour l’instant, je vais me contenter de découvrir son blog!

    Je suis bien contente d’avoir pris quelques minutes pour lire ton article ce matin, car dans les derniers temps, je mange énormément avec mes émotions (qui sont nombreuses et variables!) et je me rends compte que j’ai de la difficulté à garder de bonnes habitudes qui m’avaient prises bien du temps à construire dans les dernières années. Tes mots me donnent envie de me pencher un peu sur les problèmes relationnels que j’ai avec les aliments maintenant et de tenter de remettre tout ça un peu en place. Merci!
    K.

  14. lucile dit :

    J’aime beaucoup ton article. Le minimalisme alimentaire. Souvent les gens imaginent que minimalisme veut dire privation. Heureusement que non.Il est plus un retour à l’essentiel. Comme retrouver les habitudes de nos grands-parents, manger des soupes ou manger cru par exemple. Favoriser la qualité à la quantité comme tu en parle ici. Mais aussi prendre le temps de manger ensembles, sans télé, sans smarthphone.Et bien sur écouter son corps, manger quand on a faim et non parce que c’est l’heure!
    Au plaisir de te lire.

    Lucile

  15. Emma dit :

    Wow, j’adore cet article ! Ca me parle beaucoup, moi qui ait aujourd’hui l’impression que mon alimentation est trop pleine de trucs que mon corps ne veut pas. Je pense que je vais acheter les deux livres et suivre tes conseils :)
    Le seul souci est que j’ai un amoureux qui aime beaucoup manger des trucs assez « traditionnels » (genre quiche lorraine, pâtes bolo, croque-monsieur) avec pas mal de crème fraîche et surtout de viande… Disons que depuis que j’habite avec lui, je n’ai pas une alimentation saine du tout, alors qu’auparavant j’étais presque végétarienne et je mangeais plutôt équilibré… Au moins j’ai dit au revoir à mes troubles alimentaires, c’est une bonne chose de faite 😀

  16. me_jvb dit :

    Je tombe sur ton blog en faisant une recherche sur le livre Deliciously Ella… J’ai moi aussi beaucoup souffert de troubles alimentaire et lutte et rechute encore souvent et me dis que changer radicalement mes goûts et habitudes alimentaires.

  17. sarah dit :

    Hello,

    Merci pour ton article :-)
    J’ai une question sur ta tartine de petit dej qui à l’air très appétissante. J’ai envie de faire la même chose. Tu as mis du cacao, lequel au juste, je vois un bocal nut c’est quoi le nom complet, ca s’achète ou ?

    Merciiii :-)

  18. […] axés cuisine et santé, Marina du Blog Bleu nous livre ses conseils et son ressenti par rapport au minimalisme alimentaire. Depuis l’éco-défi d’avril, Vers une cuisine éco-éthique et minimaliste, c’est un domaine […]

Laisser un commentaire