IMG_2256

Être vegan (paru sur Madmoizelle)

Réflexions - 08 juil 2014 - 24 commentaires

En 2012 (2 ans déjà), je publiais sur Madmoizelle un témoignage sur mon veganisme. Une expérience rédactionnelle très sympa, qui n’a pas été gâchée par le nombre de réactions suscitées. Il était donc logique que j’inaugure mon blog avec cet article.

Voilà, je suis végétalienne.

Je n’aime pas particulièrement le mot, qui laisse penser que je me nourris exclusivement de pousses de lin et d’orties sauvages.

Petit rappel au passage :

  • Un végétarien ne mange pas d’animaux.
  • Un végétalien, lui, ne consomme aucun produit issu des animaux (viande, lait, oeufs).
  • Enfin, un vegan est un végétalien qui élargit sa façon de consommer à tous les produits : pas de cosmétiques testés sur les animaux, pas de chaussures en cuir ou de chapka en fourrure.

Je suis de cette troisième espèce.

Si on m’avait dit il y a 5 ans qu’un jour je serais vegan, j’aurais ri bien fort. Déjà parce que je ne connaissais pas ce mot étrange, mais surtout parce que j’aimais bien les pâtes bolognaises, et le beurre sur mes tartines (Bretagne représente). Et aussi, parce que dans ma tête, un végétalien c’était un type mystérieux, genre grand maigre en toge, prêchant une vie d’amour et de pain sec. Un peu comme Jésus, mais en moins charismatique.

Un beau jour, j’ai lu le livre de Jonathan Safran Foer Faut-il manger des animaux ?, qui m’a fait prendre conscience de l’importance de l’industrie de la viande dans le monde, et que (big surprise) la viande n’était ni plus ni moins un animal. Avant, et comme la plupart des gens, je m’attendrissais devant un bébé chouette/écureuil/loutre (rayez les mentions inutiles), j’avais un chat à la maison et je n’aimais pas voir des animaux souffrir. Mais je n’avais jamais fait le lien direct entre l’être vivant et le contenu de mon assiette. Puis j’ai commencé à me renseigner grâce à des livres et Internet. Je me suis rendue compte qu’on pouvait manger équilibré sans produits animaux. Que c’était même meilleur pour la santé. Puis je suis devenue végétalienne.

Bon, je ne vais pas m’appesantir davantage sur les raisons qui m’ont poussée à revoir mon mode de vie, car je pense que c’est un choix personnel qui mérite une réflexion que je ne pourrais pas détailler ici. Disons simplement que ce fut pour moi une prise de conscience. Je me considère antispéciste, c’est à dire quej’estime que les autres espèces animales ont tout autant droit au respect que nous. Qu’ils vivent pour eux-même, et pas pour le plaisir des humains. C’est un combat contre les idées reçues, qui rejoint la cause féministe par de nombreux aspects.

Un certain nombre de végétariens/végétaliens l’est pour d’autres raisons, bien qu’elles soient souvent liées : santé, écologie ou raisons spirituelles.

Les réactions des autres

Quand j’ai annoncé à mes parents que le pâté en croûte ne passerait plus par moi, ils ont été surpris mais ont accepté mon choix. Cependant, ils m’ont rapidement fait comprendre que ce serait à moi de m’adapter. J’évitais donc les sujets sensibles et le lapin en sauce, et tout le monde s’en accommodait (surtout le lapin).

Ce fut la libération quelques mois plus tard quand je me suis installée à Paris avec mon copain, lui aussi fraîchement “converti”. En plus du bonheur de pouvoir cuisiner les plats que je voulais, il est facile à la capitale de faire ses courses ou d’aller au restaurant quand on est végétarien/végétalien. Finalement, après une période de transition qui oblige à revoir toutes ses habitudes de consommation (et à lire les étiquettes des produits), c’est beaucoup plus simple que ce qu’on imagine. J’ai découvert sur Internet une communauté accueillante, des recettes fantastiques à base de beurre de cacahuète-banane-chocolat, et des bons plans près de chez moi.

La seule difficulté, c’est le regard et les réflexions de certaines personnes, auprès desquelles je passe au mieux pour une rabat-joie qui veut imposer sa loi, au pire pour une extrémiste, ou une sensibiliste déconnectée de la réalité. Pour ces gens, le végétalien est un empêcheur de tourner en rond, qui risque sa santé pour un combat perdu d’avance.

Voici un petit florilège des réactions auxquelles je suis confrontée :

  • Le défenseur des crudités : “La carotte souffre aussi, tu ne l’entends pas crier quand tu la coupes ?
  • Le nutritionniste (option Moyen Âge) : “Tu vas perdre tes dents” (à part deux kilos je n’ai rien perdu, merci)
  • Le colporteur de ragots : “Je connais une végétarienne, elle est anorexique/elle vit dans une secte/elle a un Skyblog
  • Le passionné de bidoche : “Je ne pourrais pas être végétarien, j’aime trop la viande” (comme si moi je l’étais par amour des tomates cerises)
  • Le philanthrope du dimanche : “C’est bien beau tout ça, mais il y a des combats plus graves, comme la faim dans le monde” (c’est bien connu, manger un Big Mac aide à combattre famine et maladies graves)

Heureusement, il m’arrive aussi de rencontrer des gens compréhensifs et curieux.
C’est pourquoi je suis ravie de pouvoir témoigner sur ce sujet, non pas pour que vous adhériez au fan club du tofu, mais pour qu’en France le regard des gens évolue sur ce mode de vie qui tend à prendre de l’ampleur !

Photo : Hyphenated

24 réponses à “Être vegan (paru sur Madmoizelle)”

  1. La Nouille dit :

    Joli article, je l’avais lu déjà à l’époque sur Mademoizelle sans être vegan, depuis je l’ai oublié et je suis « devenue » végétalienne sans gluten il y a quelques mois.

    Je me reconnais dans ce que tu dis et dans les réflexions ^^

    Super idée ce blog !

  2. Liliyah_VG dit :

    Super article dans lequel je me suis retrouvée, j’ai même souri 3 fois car entendu la même chose notamment le “La carotte souffre aussi, tu ne l’entends pas crier quand tu la coupes ?” c’était plus, oui mais c’est aussi vivant une carotte… Je partage.
    Biz

  3. Bubble dit :

    Tiens, je me demandais : quid du miel ?

    • Bleu dit :

      Les avis sont partagés, et c’est à chacun de décider, mais partons du principe que le miel étant un produit animal issu de l’exploitation, il n’est pas vegan :)

  4. Emilie dit :

    Je ne suis pas végétarienne, mais plutôt fléxitarienne, mais je m’intèresse à toutes les cuisines (et ce qui peut en résulter: mode de vie…), j’ai lu beaucoup de livres. Ton article est très bien écrit, j’aime beaucoup ton écriture et ce que tu dis. Je suivrai ce blog avec plaisir et intérêt!

  5. Fizette dit :

    Coucou :)

    Très bon article (et j’avais lu celui de madmoizelle aussi à l’époque).

    Pour ce qui est des remarques même en temps que végétarienne j’ai ce type de réflexions mais j’ai décidé de ne plus m’en occuper :) Par contre, j’ai du mal à devenir végétalienne, par peur de devoir demander dans les restaurants et de passer pour la « lourde » de service…

    • Bleu dit :

      Oui à l’extérieur c’est un peu compliqué, mais s’il y a bien quelque chose que j’ai appris c’est que plus tu es gênée de déranger avec ton régime, plus on te fait comprendre que tu déranges ! À partir du moment où tu assumes, personne n’osera plus rien dire.

  6. Noisette dit :

    Hello,

    Je viens de découvrir ton blog, j’adore-adhère complètement. Tu écris super bien, c’est frais, c’est drôle et ça me touche. Donc merci et bravo !!
    Je suis aussi végétalienne (et glutenfree) et tu as mis des mots sur ce que j’ai aussi vécu et vis actuellement, ça fait plaisir.
    Continue !!

    Cécile

  7. Amélie dit :

    Super article ! Je m’y suis retrouvée, même si je suis végétarienne en début de transition vers le végétalisme. C’est chouette de voir qu’on est pas seule, parce que c’est un sentiment qui me colle à la peau quand on aborde le sujet ! Réflexion en tout genre, air ahuri (genre « t’es complètement débile ou quoi ?! »), râleries, argument pro-carniste, ou pire indifférence totale (comme si dès lors qu’il s’agit des animaux, ça n’intéresse plus personne !).
    Super blog ! Bonne continuation !

    • Nadège dit :

      Je me demande bien pourquoi ça génère parfois autant d agressivité … Après tout on n impose pas aux autres notre façon de manger … Je comprends l inquiétude que ça peut générer chez nos proches mais pas l agressivité de certaines personnes …

      • Bleu dit :

        Oui… Souvent les gens pensent que l’on juge leur mode de vie, puisqu’on a fait le choix conscient d’en changer.

        • Intrus dit :

          Oui, je pense aussi que c’est cela qui génère parfois cette agressivité envers les vegans/végétaliens/végétariens.
          Moi-même, consommateur de viande, je me sens parfois attaqué lorsqu’un végétarien m’explique sa position, alors que celui-ci tolère peut-être complètement ma façon de voir les choses. Est-ce de la mauvaise-conscience de ma part, malgré mes convictions conscientes ? (je ne crois pas)
          En effet, à choisir je me définirai clairement comme spéciste (le mot existe ?), puisqu’en tout cas, si je comprends bien, mon comportement va dans ce sens (je consomme de la viande, donc j’accepte par conséquent que l’homme élève et abatte des animaux pour les consommer).

          En tout cas ton article est très clair et bien construit, je l’ai beaucoup apprécié ! (bien plus que d’autres que l’on peut trouver sur la toile, on trouve des extrémistes des deux côtés en la matière…)
          Typiquement, tous les végétariens ne sont pas capable d’exprimer aussi explicitement leur respect de l’opinion contraire, de même qu’il y a beaucoup de condescendance et de critique envers les végétariens, et c’est regrettable.

          D’ailleurs, tu évoques différentes répliques ridicules (j’ose espérer que certains de ceux qui les prononcent en ont parfaitement conscience en les disant) auxquelles tu as été souvent confrontée, mais tu n’évoques pas de réactions plus « logiques » : par exemple, quelqu’un qui comprend, mais considère simplement qu’il n’est pas immoral d’élever des animaux pour les manger, tout en aimant d’autres animaux (les animaux domestiques par exemple). Cela arrive-t-il aussi ? Avec quelle régularité ?

          Je suis curieux, car je vois beaucoup de végétariens/végétaliens/vegans aux opinions très claires, mais aussi et surtout de nombreux consommateurs de viande aux opinions non exprimées (ou peu claires ?).

          Voilà, merci encore pour cet article ! (je me suis quand même retrouvé dans la – courte – partie évoquant l’écologie et la santé, arguments qui me touchent bien davantage :) )

          Je réalise aussi que je réagis avec un an de retard, ce commentaire risque de passer inaperçu et de rester sans réponse :(

          Bonne continuation !

          • Bleu dit :

            Salut, tout d’abord je suis contente que tu aies apprécié mon article ! Si tu manges de la viande tu es forcément spéciste. Puisque le spécisme c’est faire des différences entre les humaines et les animaux non humains. Peux-tu détailler ce que tu ressens quand un végé explique sa faàon de penser ? Je pense que si tu te sens attaqué, c’est à mon avis de la mauvaise foi, ou un malaise refoulé.
            Concernant les réponses des carnistes, je considère qu’aucune n’est légitime, et que rien ne justifie de manger des animaux. Au contraire, je trouve ça particulièrement glaçant d’entendre « j’adore les animaux, je n’aime pas les faire souffrir, mais je mange quand même de la viande. ». Je ne trouve pas ça « logique » du tout ! J’espère que mon commentaire t’éclairera et que tu ne le prendras pas mal.
            Bonne soirée :)

  8. José dit :

    Ton blog est franchement réussi. Il y a de la créativité, c’est sûr…et pas mal de jugeote.
    J’ai été confronté à pas mal des clichés dont tu parles. Pour l’anecdote, un jour j’ai rencontré une femme, on en est tombés fous amoureux, mais le jour où elle a appris que je ne touchais pas aux protéines animales, elle prit peur et me quitta. J’ai même perdu des amis à cause de cette conviction.
    Très beau site

  9. Kolibri dit :

    Ce livre 😉 Je l’ai lu il y a environ un mois et j’ai maintenant envie de l’offrir à tout le monde à Noël… C’est un cadeau délicat, mais qui aiderait tellement de gens à comprendre mon choix, pour autant qu’ils acceptent d’écouter. Et je trouve qu’un livre permet d’être ouvert en cachette, de ne pas accepter devant tout le monde que oui, peut-être, il faut revoir notre mode de pensée. J’ai moi-même fait le cheminement beaucoup par écrit, alors si ça peut en aider d’autres à faire une différence dans leur tête. Et puis, merci pour ce joli témoignage qui donne envie de parler et, d’en douceur, faire changer le monde une personne à la fois.
    K.

  10. Gabrielle dit :

    Je découvre ce blog petit à petit, et un grand merci pour cet article. Je me tourne progressivement vers le végétarisme/végétalisme mais j’ai encore un peu de mal à trouver mes marques (surtout avec un carnivore convaincu à la maison qui ne résiste pas à l’appel du saucisson). C’est justement ce livre qui m’a décidé, ma conscience en a pris un coup!
    D’ailleurs je voudrais rebondir sur le : « il y a des combats plus graves, comme la faim dans le monde” : Il me semble qu’une très grande partie des ressources cultivées servent à nourrir le bétail et les élevages qui va/vont finir dans nos assiettes (sans parler de l’eau utilisée!), donc oui, se tourner vers une alimentation végétarienne peut aider à lutter (vision un peu simpliste mais pas inutile).

  11. Emilie dit :

    Je suis végétarienne depuis quelques mois et je découvre ton blog d’aujourd’hui même.
    Je l’aime beaucoup il est très bien écrit et très intéressant ! Du coup je laisse ma petite patte en guise de commentaire (ça fait toujours plaisir je pense).

    Je suis devenue végétarienne car, comme toi, un beau jour je me suis rendue compte que la viande et le poisson que je mangeas étaient des animaux (fou,non?…lol) mais en te lisant, c’est vrai que l’on se rend compte qu’il y a finalement autant de souffrance dans un steak que dans un yaourt, ça pousse à devenir végétalienne, voire vegan. C’est évident. Je pense même que tous les végétariens, un jour, finissent par devenir végétaliens, non?
    Merci pour tes jolies articles que je vais continuer de lire tranquillement ce soir en sirotant mon smoothie lait de soja/fruits.
    Bonne soirée à toi !

  12. Laurine dit :

    Salut :)

    Je ne suis ni végétarienne, ni végane, mais j’aime me balader sur les blogs du style, car je suis une curieuse, et je n’aime pas vraiment la viande, alors je trouve toujours des recettes sympa à faire !

    Je ne dis pas que je ne ferais jamais parti de votre communauté un jour, qui sait ? 😉

    Par contre je me pose deux petites questions :
    -N’est ce pas un budget d’être végane ? Car je tombe souvent sur des ingrédients, peu rependus, peu connus (pour moi du moins), qu’on ne trouve qu’en boutique bio ou autre !
    (J’espère que ma question ne s’ajoutera pas a ta liste d’idioties que tu as pu entendre ahah)

    -J’ai entendu maintes fois qu’il ne fallait pas abuser de soja car c’était mauvais pour les femme… Est ce vrai ?

    Bonne continuation !

Laisser un commentaire